• Home
  • Archive by category "national"

Aujourd’hui, début de la période de saisie des indicateurs du forfait d’aide à la modernisation et informatisation du cabinet

Depuis le 15 Janvier 2020, la période de saisie des indicateurs obligatoires et complémentaires pour bénéficier du forfait d’aide à la modernisation et informatisation du cabinet (FAMI) a débuté.
Elle se termine le 2 mars 2020.

Vous trouverez ici le mode d’emploi pour cette saisie.

Pour rappel, pour percevoir le FAMI au titre de 2019, les masseurs-kinésithérapeutes doivent valider les 4 indicateurs prérequis suivants :

  • Disposer de la version 1.40 addendum 6 PC/SC du cahier des charges SESAM-Vitale intégrant les avenants Tiers Payant ACS, Tiers Payant ALD-MATERNITE et l’avenant suivi des factures TP.
  • Utiliser la solution SCOR pour la transmission à l’assurance maladie des pièces justificatives numérisées.
  • Atteindre un taux de télétransmission en flux sécurisé supérieur ou égal à 70%.
  • Disposer d’une messagerie sécurisée de santé.

L’Indicateur complémentaire doit être déclaré chaque année sur amelipro.

Toutes les infos pour remplir les indicateurs sont ici ►

STOP au Kiné bashing !

La FFMKR saisit le Conseil d’État d’une requête en annulation des recommandations de la Haute autorité de santé (HAS) relatives à la prise en charge des nourrissons atteints de bronchiolite.

Voilà près de deux mois que la FFMKR se bat pour demander l’annulation des recommandations relatives à la prise en charge du premier épisode de bronchiolite aiguë chez le nourrisson de moins de 12 mois. En effet, devant la carence méthodologique observée, tant sur le fond que sur la forme, la profession ne peut accepter les conclusions de ces recommandations qui portent un préjudice grave à nos petits patients et leurs parents.

L’extrapolation médiatique et la surinterprétation de cette recommandation a induit un recours inhabituel aux urgences pédiatriques. Cette situation ubuesque, en pleine crise des urgences, a entraîné une saturation de ces services, alors même que nous ne sommes pas encore au pic de l’épidémie de bronchiolite. En l’état, le pire est à craindre, si le rôle stratégique de la profession de masseur kinésithérapeute n’est pas reconnu. Dans le même sens, la FFMKR a pu constater avec stupéfaction que sur Ameli.fr, la kinésithérapie comme traitement de la bronchiolite était proscrite ! La FFMKR a donc agi auprès de la CNAM et fait retirer cette mention sur-interprétant les conclusions de la recommandation.

Aussi, et afin de pallier les nombreux effets néfastes de ces recommandations, la FFMKR a d’abord adressé un recours gracieux à la HAS en vue de l’abrogation de ces recommandations litigieuses. Il est malheureusement resté lettre morte.

Restant sourde à nos arguments émanant pourtant de l’expérience et de la pratique des masseurs-kinésithérapeutes, la FFMKR a été contrainte de saisir le Conseil d’État d’une requête en annulation desdites recommandations.

Si le Conseil d’État, seule juridiction compétente pour apprécier de la recevabilité de cette dernière, nous donne raison, la HAS devra abroger ses recommandations, avant de mettre sur pied de nouveaux groupes de travail sur le sujet.

Ce recours porte tant sur la forme, en méconnaissant le principe général d’impartialité, que sur le fond, la recommandation étant entachée d’une erreur de droit et d’erreurs d’appréciation.

En portant ce recours devant le Conseil d’État, la FFMKR prend ses responsabilités dans le système de soins français et réaffirme son attachement à l’interprofessionnalité.

Dans cette nouvelle ère de l’exercice coordonné, la coopération interprofessionnelle est garante d’une prise en charge efficace et au juste prix. Il serait préjudiciable que de telles recommandations en empêchent l’accomplissement.

La FFMKR a besoin de vous pour faire le poids face aux institutions telles que les ministères, la HAS, la CNAM… alors participez vous aussi à ce recours en adhérant !

Réforme des retraites : la FFMKR obtient des garanties

La FFMKR a rencontré ce jour, via la FFPS, Madame Agnès BUZYN, Ministre des Solidarités et de la Santé, et les membres de son cabinet, débouchant sur des avancées favorables aux Kinésithérapeutes.

Au-delà des garanties obtenues dans la lettre d’engagement ministériel du 17 janvier dernier, lors de cet entretien, la FFMKR a renouvelé ses demandes relatives à la compensation intégrale de l’augmentation prévue des cotisations par l’ASV, y compris, pour les professionnels exerçant dans les territoires et départements ultra-marins.

Madame la Ministre s’est montrée réceptive à ces demandes et rencontrera prochainement le Directeur de la CNAM afin d’impulser le démarrage de négociations en ce sens dans le cadre du projet de réforme des retraites.

Par ailleurs, La FFMKR poursuivra ses travaux et continuera d’être force de proposition tout au long du processus législatif.

La recherche en kinésithérapie est enfin consacrée dans nos institutions

Le Conseil des ministres du 30 octobre avait en effet adopté un décret ouvrant la voie à la création de trois nouvelles sections du Conseil National des Universités : en maïeutique (CNU 90), en sciences de la rééducation et de la réadaptation (CNU 91) et en sciences infirmières (CNU 92).

Ce décret constitue :

– Une chance pour le système de santé français, de rattraper son retard dans des champs de recherche trop souvent délaissés
– Une opportunité pour toutes les professions concernées de faire que des chercheurs issus de ses rangs se consacrent à des travaux qui amélioreront les connaissances cliniques et la prise en charge de nos concitoyens mais aussi la formation des futurs soignants.

La FFMKR se réjouit qu’une kinésithérapeute reconnue par tous les acteurs de la profession comme France MOUREY ait été nommée au Conseil national des universités pour les disciplines de la rééducation et de la réadaptation.

Une nouvelle avancée dans les études de masso-kinésithérapie

Publication de l’arrêté prévoyant deux voies d’accès aux instituts de formation en masso-kinésithérapie.

La réforme de l’accès aux études de santé, prévue par la loi « Ma santé 2022 » du 24 juillet 2019, entraîne à partir de la rentrée 2020 la suppression de la première année commune des études de santé (PACES).

Afin d’accéder en première année d’études préparatoires au diplôme d’Etat de masseur-kinésithérapeute, dans les IFMK, à la rentrée 2021, les étudiants devront passer, à partir de la rentrée 2020, soit par un « parcours spécifique ‘accès santé' » (PASS) ou soit par une première année de ‘licence avec accès santé’ (L.AS).

Afin d’y voir un peu plus clair, vous pouvez télécharger l’infographie explicative ci-dessous en cliquant ici ►

Cliquez ici pour plus d’infos

La FFPS reçue à Matignon pour défendre les retraites des praticiens de santé

Le président de la FFMKR, organisation membre de la Fédération Française des Praticiens de Santé (FFPS), était présent au sein de la délégation reçue le 12 décembre à Matignon par Marguerite CAZENEUVE, Conseillère technique chargée de la protection sociale et des comptes sociaux auprès du 1er Ministre et du Président de la République…

 
Lire le communiqué de presse de la FFPS ►

La FFMKR toujours opposée à la création de la profession d’aide-kinésithérapeute

La FFMKR rappelle son opposition à la création de la profession d’aide-kinésithérapeute (AK).

En l’état actuel de l’organisation du système de santé et de son financement, la profession ne peut se permettre de concéder tout un pan de son champ de compétences. 

 
 

Nous sommes nombreux à avoir constaté les dérives d’un système dans certains établissements où les kinésithérapeutes sont peu à peu remplacés par des enseignants en activité physique adaptée (E-APA), des « aides-soignants + », ou encore « aides-kinés », plaçant ces salariés en situation d’exercice illégal de la masso-kinésithérapie, au détriment de la sécurité et de la santé des patients.

La tentation serait bien trop forte, pour les établissements de santé, de se tourner vers un remplacement important des MK par des AK pour des raisons évidentes de trésorerie.

La FFMKR luttera et soutiendra toutes les actions contre cette forme d’exercice illégal.

Afin de compenser le déficit de professionnels de santé au sein de ces structures et dans le cadre du décloisonnement ville/hôpital, l’intervention des libéraux doit être renforcée avec un mode de financement adéquat.

Disparition de la MIVILUDES, la FFMKR s’inquiète…

Le monde médical et celui de la rééducation constituent parfois une​ porte​ d’entrée dans le monde des sectes.
La disparition annoncée de la​ mission​ interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (MIVILUDES) est​ un sujet d’inquiétude pour la FFMKR.

 
 

Cette disparition annoncée est un mauvais signal envoyé à tous les groupes qui font de la manipulation une arme d’aliénation.​

 

La​ FFMKR,​ syndicat de kinésithérapeutes au service de la santé de nos concitoyens,​ est très préoccupée par cette situation et réclame de ses​ vœux​ une solution alternative sérieuse pour​ lutter contre​ toute dérive sectaire​ et capable d’informer tant les professionnels que la population.

 

En effet,​ la Kinésithérapie,​ dont la mission est de​ soigner avec éthique et transparence la population et​ tout​ particulièrement​ ceux les plus​ fragiles,​ doit pouvoir s’appuyer sur des avis incontestables pour la protection des patients.

 

Cette mission​ était​ remplie​ jusqu’alors par la MIVILUDES, fondée en 2002 par le Président CHIRAC.